L’agriculture, grande absente des Assises de la fiscalité

le 7 mai 2019

P-18-19-Saadeddine-El-Othmani-Aziz-Akhannouch-RT-845x475.jpg

Si plusieurs secteurs d’activités ont été au coeur des débats lors des Assises de la fiscalité, les 3 et 4 mai à Skhirat, ça n’a pas été le cas de l’agriculture. Ce secteur stratégique pour le royaume bénéficie pourtant d’un régime fiscal spécial.

Une seule et unique question, émanant de l’assistance, à propos de la fiscalité qui pèse sur les petits agriculteurs. C’est à cela que se sont résumés, lors des Assises de la fiscalité, les débats concernant l’agriculture, un secteur qui représente 19 % du PIB national. Dans les divers panels qui se sont tenus les deux jours des assises, pas un spécialiste ou un acteur de l’agriculture invité, alors que des industriels du textile, des commerçants, des propriétaires de cliniques se sont succédés à la tribune.

Côté gouvernement, ses collègues des Finances, Mohamed Benchaaboun, et de l’Industrie, Moulay Hafid Elalamy, des Affaires générales Lahcen Daoudi étaient présents, mais le ministre de l’Agriculture Aziz Akhannouch n’a quant à lui pas été aperçu. Comment expliquer qu’un secteur aussi stratégique pour l’économie du pays puisse être tout bonnement absent des Assises de la fiscalité ? Comment, alors que plusieurs participants – dont des institutionnels – appelaient à ce que ces Assises sonnent le glas de la rente fiscale, un secteur qui engloutit des milliards de subvention publique tout en bénéficiant toujours d’exonération d’impôt peut-il ne pas se sentir concerné ?

Lire la suite sur TelQuel.ma