Le consentement fiscal au Maroc, une question de légitimité politique avant tout

le 15 mai 2019 | 0 commentaire

impot.jpg

Selon une récente étude menée par le centre de recherche Tafra, le rapport des Marocains à l’acquittement de l’impôt est intimement lié à une question de légitimité politique.

Dans une récente analyse publiée le 6 mai par Tafra, le centre de recherche marocain étudie les logiques et raisons qui poussent les citoyens marocains à s’acquitter de leurs impôts. Une question qui apparaît intimement liée à la nature de la relation qui lie l’État aux citoyens, indique l’étude.

Les résultats identifient des corrélations significatives entre le consentement à l’impôt au Maroc d’une part et la confiance vis-à-vis des institutions, la perception de la corruption et le traitement égalitaire des citoyens d’autre part”, relève Younès Benmoumen, président cofondateur de Tafra, et auteur de l’étude.

Trois constats sont établis en ce sens. D’abord, la corrélation avec la perception de la corruption : “plus les citoyens perçoivent la corruption comme élevée, plus la probabilité du consentement décroît”. L’étude note aussi que le consentement croît proportionnellement au sentiment de voter librement. Enfin, plus un citoyen manifeste, plus la probabilité du consentement décroît.

Lire la suite sur TelQuel.ma